curcuma photo
Santé

Curcuma : 9 bienfaits pour la santé, doses, effets secondaires et précautions

Epice originaire d’Asie, le curcuma attire de plus en plus pour ses nombreux bienfaits pour la santé. Comment l’utiliser et à quelle dose ? On vous en parle.

Originaire d’Inde et de Malaisie, et connu depuis des milliers d’années, le curcuma (Curcuma longa) est une plante de la famille du gingembre.

Ce sont les parties sous-terraines de cette plante appelées rhizomes qui sont récoltés, séchés et réduits en poudre de curcuma, appelée également safran des Indes ou encore haridra en sanskrit.

Quelles sont ses principales utilisations ?

A travers les siècles, la poudre de curcuma a été utilisée comme médicament, conservateur, colorant et épice.

Connue le plus souvent comme épice alimentaire, elle est utilisée couramment dans les aliments asiatiques comme par exemple le curry dont il est l’épice principale.

Cependant, la poudre de curcuma occupe aussi une grande place dans les médecines traditionnelles.

Dans l’ayurveda, la médecine traditionnelle indienne, elle est utilisée pour la préparation de puissants remèdes naturels, telle que  la célèbre préparation ayurvédique « Maharishi Amrit Kalash », traditionnellement utilisée pour favoriser la longévité.

Actuellement et grâce aux progrès scientifiques, les savants ont pu confirmer par de nombreuses études plusieurs propriétés thérapeutiques du curcuma.

Il représente aujourd’hui la base de nombreux compléments alimentaires.

Quelle est sa composition ?

Les nombreuses propriétés thérapeutiques du curcuma découlent de sa composition exceptionnelle en principes actifs.

En effet, les recherches scientifiques ont permis d’identifier dans la poudre de curcuma de puissants composés : les curcuminoïdes.

Le plus connu de ces curcuminoïdes est la curcumine.

Celle-ci, en plus de conférer sa couleur jaune au curcuma, possède de nombreuses propriétés thérapeutiques puissantes.

Quels sont ses bienfaits pour la santé ?

sante curcuma

Grâce à sa teneur en curcumine, le curcuma possède de nombreuses propriétés thérapeutiques.

Jusqu’à présent 10 000 études y ont été consacrées, elles ont permis d’identifier plus de 600 bienfaits pour la santé.

Ci-après, on vous parle des principaux bienfaits de cette épice.

1. Le curcuma est un antioxydant puissant

Ce n’est pas par hasard que le curcuma porte le surnom d’«Épice de longévité».

Cette appellation vient du potentiel antioxydant de la curcumine, c’est-à-dire de la capacité de cette substance à s’opposer au stress oxydatif.

En effet, la curcumine s’oppose à l’accumulation des radicaux libres en cause dans le vieillissement de l’organisme et la survenue de plusieurs maladies liées à l’âge.

C’est pour cette raison que la curcumine entre dans la composition de plusieurs compléments alimentaires anti-âge.

2. Le curcuma est un anti-inflammatoire naturel puissant

Le curcuma est doté d’une puissante activité anti-inflammatoire.

Les études ont montré que la curcumine s’oppose au processus de l’inflammation en inhibant la sécrétion de plusieurs substances pro-inflammatoires.

Une étude, publiée dans la revue Oncogene, qui a évalué plusieurs composés anti-inflammatoires, a montré que la curcumine était plus efficace que l’aspirine et l’ibuprofène, deux  médicaments anti-inflammatoires dans la réduction de l’inflammation.

Cela explique les nombreux bienfaits du curcuma, car la plupart des maladies comme le cancer, la colite ulcéreuse, l’arthrite, l’hypercholestérolémie, la douleur chronique et autres sont toujours associées à l’inflammation.

3. Le curcuma atténue les douleurs articulaires

Plusieurs études ont montré que curcuma permet de soulager les douleurs articulaires d’origine inflammatoire, en particulier celles liées à l’arthrite et à l’arthrose.

4. Le curcuma est un protecteur du système cardiovasculaire

Son haut potentiel antioxydant, sa puissante activité anti-inflammatoire et son activité hypolipémiante  font du curcuma un excellent protecteur du système cardiovasculaire.

En effet, les études ont montré que la curcumine et le curcuma protègent le système cardiovasculaire notamment en améliorant la fonction endothéliale et en réduisant l’inflammation et les dommages causés par les radicaux libres .

Par son activité hypolipémiante, le curcuma  s’oppose à  l’accumulation des graisses dans les artères et  pourrait ainsi prévenir un certain nombre de complications cardio-vasculaires.

5. Le curcuma est un hépato-protecteur

Le curcuma est doué de propriétés très bénéfiques au niveau de la sphère digestive, et ce, en stimulant la sécrétion et l’évacuation de la bile qui participe au processus de digestion.

Par cela, le curcuma soutient l’activité et le nettoyage du foie et joue le rôle d’un hépato-protecteur.

6. Maladies inflammatoires de l’intestin

Puissant anti-inflammatoire naturel, le curcuma est très bénéfique en cas  de maladies inflammatoires aiguës et chroniques du tube digestif (gastrites, colites ulcéreuses, maladie de Crohn…).

7. Le curcuma aide à prévenir et à traiter le cancer

Ses puissants effets antioxydants et anti-inflammatoires laissent supposer que la curcumine  pourrait jouer un rôle important dans la prévention et le traitement du cancer.

En effet, les données épidémiologiques vont dans le sens de cette hypothèse : les pays asiatiques dans lesquels la consommation de curcuma est plus élevée présentent moins de cas de cancers que les pays occidentaux.

Les données scientifiques actuelles montrent que la curcumine possède des effets anticancéreux, qu’elle inhibe la prolifération des cellules cancéreuses et qu’elle pourrait être efficace pour lutter contre les cancers du côlon, du sein, du poumon, de la prostate, de l’estomac et de la peau.

Une étude réalisée en juillet 2017 par des chercheurs du Baylor Scott & White Research Institute a montré que la curcumine pouvait même vaincre la chimiorésistance dans les adénocarcinomes canalaires pancréatiques, une forme agressive de cancer du pancréas.

8. Le curcuma est un antidiabétique

Le curcuma peut protéger du diabète de type 2. En effet,  dans une étude récente,  parue dans la revue médicale Diabetes Care, on a comparé deux groupes de personnes prédisposées au diabète : le premier groupe a reçu quotidiennement de  la curcumine, le second groupe a reçu un placébo.

Après neuf mois de traitement, 16,4 % des participants du groupe placebo ont développé un diabète de type 2, alors qu’aucun cas n’a été détecté dans le groupe ayant reçu de la curcumine.

Par ailleurs, on a noté une diminution de la glycémie plasmatique à jeun dans le groupe  traité avec la curcumine.

« Les effets de la curcumine semblent presque aussi efficaces que ceux observés avec certains médicaments antidiabétiques très onéreux», indique le Dr Juan Ruiz du Service de Diabétologie du CHUV à Lausanne.

Cette efficacité de la curcumine est confirmée, d’ailleurs, par une étude réalisée par le laboratoire de l’Université Auburn et publiée en 2009 par Biochemistry and Biophysical Research Communications.

Cette étude a montré  que la curcumine dans le curcuma est 400 fois plus puissante que la metformine (un médicament couramment utilisé contre le diabète) pour activer l’enzyme AMPK (protéine kinase activée par l’AMP).

A noter que l’activation de l’AMPK est considérée par les chercheurs comme une solution efficace pour le traitement du diabète type 2.

Par ailleurs, l’action antidiabétique du curcuma est aussi liée à son activité anti-inflammatoire.

En effet, plusieurs méta-analyses ont montré que la curcumine réduit les marqueurs inflammatoires, dont le TNF-α et l’IL-6, qui sont tous deux associés au diabète.

9. Le curcuma permet d’éviter les maladies neurodégénératives

Sachant que la curcumine traverse la barrière hémato-encéphalique, les chercheurs pensent que le cerveau peut bénéficier de ses propriétés anti-inflammatoires et anti oxydantes pour s’opposer aux maladies neurodégénératives.

D’ailleurs, comme pour le cancer, on a constaté que la prévalence de la maladie d’Alzheimer en Inde est 4 fois plus faible qu’en Occident, ce constat est aussi confirmé par une étude qui a conclut que les personnes qui consomment le plus du curcuma sont les moins touchées par cette maladie.

Plusieurs études sur des animaux ont été réalisées pour tester l’effet de la curcumine sur la maladie d’Alzheimer ; chez le rat, la curcumine renverse la pathologie amyloïde existante et la neurotoxicité associée, une caractéristique clé de la progression de cette maladie neurologique.

Une étude réalisée sur des patients souffrant de la maladie d’Alzheimer à un stade avancé a montré que la curcumine améliore notablement les symptômes comportementaux.

Aussi, on-t-on découvert que la curcumine réduit la formation des plaques amyloïdes et des fibres à l’intérieur des neurones, qui constituent deux indicateurs de la maladie d’Alzheimer.

Par ailleurs, des études précliniques ont montré que la curcumine peut aider le cerveau à créer de nouveaux neurones, ce qui est de nature à  retarder le vieillissement cérébral.

Comment utiliser le curcuma pour se soigner ?

supplement de curcuma

Pour se soigner, il faudrait prendre l’équivalent de 200 mg à 400 mg de curcumine, 3 fois par jour, ce qui correspond à la prise de 2 à 3 grammes de curcuma, 3 fois par jour.

Cependant, il faut noter que la biodisponibilité du curcuma est relativement faible et que, dans ce cas, pour obtenir l’effet escompté,  il faudrait  en consommer de grandes quantités !

Pour résoudre ce problème, on doit associer le curcuma avec du poivre noir qui augmente notablement la biodisponibilité de la curcumine pour qu’elle soit mieux assimilée par l’organisme.

En effet, le poivre noir contient une substance appelée « pipérine » qui interagit avec la curcumine du curcuma pour augmenter sa biodisponibilité; on estime que l’association de la curcumine avec la pipérine du poivre noir multiplie son efficacité par 1000.

D’ailleurs, dans la tradition indienne, le curcuma est utilisé dans des mélanges avec d’autres épices et toujours avec du  poivre noir.

Par ailleurs, sachant que le curcuma est liposoluble, c’est-à-dire soluble dans les matières grasses, pour augmenter encore sa biodisponibilité, il est recommandé d’associer le curcuma et le poivre noir à un peu de matière grasse, comme l’huile d’olive par exemple.

Quelles sont les précautions à prendre ?

racine de curcuma

Grossesse

En raison de son emploi traditionnel pour traiter l’aménorrhée (absence de menstruations), les femmes enceintes devraient éviter de prendre de fortes doses de curcuma ou de curcuminoïdes.

Obstructions et calculs biliaires

En cas d’obstruction des voies biliaires par lésion ou par calcul, il est impératif de consulter un médecin avant d’entreprendre un traitement au curcuma.

Effets indésirables

Il n’existe pas d’effet indésirable connu aux doses habituellement utilisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *