Ail : 9 bienfaits pour la santé, doses et précautions

Auteur : Imen J.   ✓ Un contenu vérifié

Connu depuis des millénaires pour ses propriétés médicinales, l’ail regorge de bienfaits pour la santé.

L’ail est l’un des aliments les plus précieux et les plus polyvalents de la planète.

Depuis plus de 5000 ans, on utilisait l’ail pour ses nombreuses propriétés médicinales.

Les savants confirment actuellement de bien-fondé de ces croyances : l’ail est bel et bien un alicament extraordinaire qui peut prévenir et aider à soigner de  nombreuses maladies.

L’ail améliore la santé du système cardio-vasculaire, réduit le cholestérol, fluidifie le sang, renforce le système immunitaire, prévient le cancer, inhibe le développement des germes pathogènes, etc.

Bref, l’ail serait-il alors un alicament miracle ?

D’où vient-il et quels sont donc ses secrets ?

Dans cet article, on vous dévoile les principaux  bienfaits de ce merveilleux super aliment,  le mode de son utilisation pour améliorer sa santé et aussi les précautions qu’il faudrait prendre lors de sa consommation.

Qu’est-ce que l’ail ?

Le nom « ail » provient du latin allium sativum.

C’est une plante de la famille des oignons, à bulbe composé de plusieurs petites gousses réunies sous une enveloppe commune,d’une odeur et d’un goût très fort et piquant en raison de la présence de composés soufrés.

Originaire d’Asie centrale, il a été cultivé et utilisé depuis des millénaires pour des fins médicinales et culinaires.

En effet, bien qu’il soit un condiment universel utilisé en cuisine en raison de son odeur particulière et de son goût délicieux, il était tout au long de l’histoire ancienne, principalement utilisé pour ses propriétés médicinales.

Lors de la construction des pyramides, les esclaves de  l’ancienne l’Egypte consommaient de l’ail cru pour prévenir les maladies infectieuses.

Les soldats romains consommaient également de l’ail pour se protéger contre les maladies et renforcer leur force physique.

Quelle est sa composition ?

L’ail contient plusieurs nutriments qui sont à l’origine de ses nombreux bienfaits.

Les principaux nutriments de l’ail, qui sont derrière la plupart de ses puissants effets biologiques,sont les composés soufrés dont notamment : l’allicine, le disulfure de diallyle et la s-allyl cystéine.

Le plus connu de ces composés est l’allicine. Celui-ci est un antibiotique très puissant inhibe le développement et la reproduction des germes pathogènes.

On estime qu’un milligramme d’allicine est aussi puissant que 15 unités standards de pénicilline.

En plus des ces puissants composés soufrés, l’ail est riche en vitamines (A, B, C, E), en antioxydants, en calcium, en potassium, en zinc, en sélénium, en manganèse, en germanium, etc.

À noter que le germanium est un agent anticancéreux et l’ail en contient plus que toute autre plante.

9 bienfaits de l’ail

ail a la main

1. L’ail aide à prévenir et à lutter contre les maladies cardio-vasculaires

Les bienfaits de l’ail sur le système cardio-vasculaire sont bien documentés.

Il a été  prouvé que l’ail permet de baisser la pression artérielle, diminue l’agrégation des plaquettes, réduit les triglycérides et le mauvais cholestérol (LDL cholestérol) dans le sang, augmente le bon cholestérol HDL et la fibrinolyse (processus par lequel l’organisme décompose les caillots sanguins).

Son effet fluidifiant sur le sang, sa capacité à dissoudre les petits caillots pourrait freiner l’évolution de l’athérosclérose.

Par ailleurs, ses principes actifs soufrés dilateraient les artères coronaires, contribuant ainsi à prévenir l’angine de poitrine.

En effet, il a été prouvé que l’ail stimule la production d’oxyde nitrique dans la muqueuse des parois des vaisseaux sanguins, une substance qui favorise la détente de ces vaisseaux.

En somme, grâce à ces tous ces effets bénéfiques, l’ail aide à prévenir l’artériosclérose, ce qui est de nature à  réduire le risque des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux qui sont les principales causes de mortalité dans le monde.

Les  personnes qui consomment 2 à 5 g d’ail par jour ont des taux sanguins plus bas de cholestérol et de triglycérides.

Des chercheurs ont étudié l’effet de la consommation d’ail sur des personnes hypertendues.

Les résultats prouvent que la consommation de suppléments alimentaires d’ail a permis de réduire la tension artérielle chez ces personnes.

Une autre étude publiée dans les sciences de la vie  démontre que la prise d’une dose quotidienne de 1ml / kg de poids corporel d’extrait d’ail, pendant 6 mois, permet de réduire significativement le niveau de stress oxydatif dans le sang des patients atteints d’artériosclérose.

Ceci a comme conséquence d’améliorer notablement la circulation sanguine.

2. L’ail est un anticancéreux

L’ail est l’un des meilleurs aliments anticancéreux, si ce n’est le meilleur.

Il contient de nombreux composés anticancéreux et antioxydants.

Parmi ces composés, on peut citer la quercétine, le sulfure de diallyle, l’allicine et l’ajoène.

Ceux-ci ont la capacité de bloquer les agents cancérigènes tels que la nitrosamine et l’aflatoxine, qui sont impliqués dans le cancer de l’estomac, du poumon et du foie.

L’ajoène et l’allicine permettent de détruire et d’empêcher la multiplication des cellules cancéreuses, ce qui aide à retarder la croissance tumorale chez l’homme.

On sait aussi que l’ail est l’aliment le plus riche en germanium, puissant agent anticancéreux.

La revue d’un certain nombre d’études épidémiologiques, montre que les personnes qui consomment régulièrement de l’ail cuit ou cru ont un risque  de cancer gastrique et colorectal diminué de moitié comparativement aux personnes qui en mangent peu ou pas du tout.

L’étude sur la santé des femmes de l’Iowa a révélé que les femmes qui consomment  de l’ail dans leur alimentation présentent un risque moins élevé de cancer du côlon.

De plus, on sait que la viande cuite à haute température produit des composés chimiques cancérigènes.

Or, des recherches récentes ont démontré que, lorsque la viande est cuite à l’ail, cet effet devient limité.

3. L’ail renforce le système immunitaire

Grâce à sa richesse en nutriments, l’ail renforce le système immunitaire et protège l’organisme contre les différents types d’infections bactériennes et virales.

Des études récentes ont même montré  que l’ail permet d’inhiber le développement d’une bactérie appelée staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM) et qui est en cause dans la plupart des infections nosocomiales dans les hôpitaux britanniques.

On doit rappeler que les SARM sont multi résistants à presque la plupart des antibiotiques.

Selon l’OMS, une personne infectée par un SARM a une probabilité 64 % plus élevée de mourir qu’un patient ayant une forme non résistante.

4. L’ail aide à combattre les maladies infectieuses

Depuis 7 000 ans, l’ail est utilisé comme antibiotique pour traiter les infections bactériennes, fongiques et parasitaires.

En effet, l’ail est un puissant antibactérien, antifongique, antiviral et antiparasitaire grâce à la présence d’un composé soufré redoutable, l’allicine.

Il a la capacité de détruire de nombreux agents pathogènes.

C’est un allié de taille pour lutter contre de nombreuses maladies infectieuses.

Dans les années 1700, l’ail a été utilisé pour lutter contre la peste.

Une étude a montré qu’un supplément quotidien d’ail réduit le nombre d’épisodes de rhumes de 63%.

Aussi, la durée moyenne des symptômes du rhume serait réduite de 70%, passant de 5 jours dans le groupe placebo à 1,5 jour dans le groupe « ail ».

5. L’ail permet de prévenir les intoxications alimentaires

Certaines recherches indiquent que grâce à ses propriétés antibactériennes,  l’ail peut aider à prévenir les intoxications alimentaires en détruisant les bactéries comme la bactérie E. Coli, le Staphylococcus aureus ou encore le Salmonella enteritidis.

À noter que pour exercer ces effets, l’ail doit être frais.

6. L’ail peut faire disparaître les verrues

Il est prouvé que l’ail est efficace contre les verrues.

Pour les faire disparaître, il suffit de frotter doucement la verrue avec une gousse d’ail, et répéter cette opération jusqu’à disparition complète de la lésion.

7. L’ail peut aider à détoxifier les métaux lourds dans l’organisme

L’ail est un chélateur des métaux lourds dont, notamment, le plomb.

Ces métaux lourds, dont l’organisme ne peut s’en débarrasser, sont très toxiques pour tous les organes; ils peuvent provoquer des maladies graves comme le cancer ou des maladies dégénératives.

Les composés soufrés de l’ail chélatent (attrapent) les métaux lourds et les drainent vers l’extérieur dans les urines.

Une étude menée auprès d’employés d’une usine de batteries de voitures, où le personnel travaille dans une atmosphère chargée de plomb, a montré que l’ail a réduit les concentrations de plomb dans le sang des employés de 19%, ainsi que les signes cliniques de toxicité, notamment les maux de tête et la pression artérielle.

8. L’ail est un anti-allergène

L’ail serait un anti-allergène.

Il diminue de plus de 90 % la réponse cellulaire après exposition à un allergène.

9. L’Ail aide à prévenir la maladie d’Alzheimer et la démence

La consommation régulière d’ail permet de réduire le risque de maladies cérébrales telles que la maladie d’Alzheimer et la démence.

Comment l’utiliser pour améliorer sa santé et sous quelle forme ?

ail sur table en bois

La meilleure façon de consommer l’ail est de le consommer cru, car sous cette forme, il conserve mieux ses nutriments et ses composés actifs.

En effet, la cuisson peut détruire les principes actifs.

Ainsi on conseille de le rajouter en fin de cuisson, s’il est consommé dans un plat cuisiné.

S’il est consommé cru, la quantité recommandée  ne devrait pas dépasser 3 gousses de taille moyenne par jour.

On peut aussi le consommer dans des compléments alimentaires sous forme de comprimés.

Cependant, il n’est pas conseillé d’opter pour cette alternative puisque le processus de fabrication peut détruire l’allicine ainsi que d’autres substances dans sa composition.

Quelles sont les précautions à prendre ?

Les personnes asthmatiques ne doivent pas consommer d’ail, en raison des  effets secondaires éventuels.

L’ail devrait être évité avant une opération chirurgicale, car il fluidifie le sang et pourrait participer à causer des hémorragies.

Attention : la consommation de l’ail en grande quantité peut nuire à la santé : brulures d’estomac, etc.

Selon certains spécialistes, il peut même endommager les reins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tout le contenu de Golias est soumis à une révision médicale ou à une vérification des données pour assurer autant que possible l'exactitude des informations pour nos lecteurs.

Nous avons des directives strictes et nous ne faisons des liens que vers des sites médiatiques réputés, des instituts de recherche universitaires et, dans la mesure du possible, des études examinées sur le plan médical par des partenaires.

Si vous estimez que l'un de nos contenus est inexact, n'est pas à jour ou sujet à discussion, contactez-nous via le formulaire de commentaires sur cette page.